Est-ce qu’on peut être trop forte des abdominaux ?

Publié le 21 mai 2024
Par Laurie Lavoie

Peut-on être trop forte des abdominaux ?

La réponse ; oui et non !

En fait, c’est une question d’équilibre. Si l’on retourne à l’unité interne qui comprend le diaphragme, le plancher pelvien et le transverse de l’abdomen, on se souvient qu’ils travaillent ensemble. Donc, si nos abdominaux sont trop contractés, cela peut créer une pression vers le bas et potentiellement amener des descentes d’organes ou des lourdeurs pelviennes.

Si, par exemple, on demande à une femme de contracter seulement son plancher pelvien en position debout, et qu’on voit instantanément les abdominaux, c’est sûrement signe d’un plancher pelvien affaibli. Donc lorsque tu penses que tu fais du renforcement de ton plancher pelvien, ce n’est absolument pas efficace. Le plus choquant dans tout cela, c’est que généralement les femmes ne ressentiront aucun symptôme. Elles ne savent donc pas que ce qu’elles font sert à rien… On appelle cela une dominance des abdominaux ou une hypertonie des abdos !

https://www.istockphoto.com/fr/photo/femme-dajustement-avec-lestomac-plat-et-les-muscles-forts-gm1254587615-366741819?searchscope=image%2Cfilm

 

Une autre forme de dominance serait la dominance des obliques externes. Ce sont des muscles plus superficiels et très grands, ce qui fait que parfois, ils veulent faire le travail des autres muscles. Cela peut entraîner une déformation du ventre et quelques conséquences.

Lorsqu’on expire de façon forcée, les muscles profonds devraient être les principaux responsables. Cependant, si on est dominant des obliques externes, ils vont prendre le dessus sur les muscles profonds. C’est à ce moment que ça devient problématique, parce que le transverse de l’abdomen pourrait ne plus travailler.

Visuellement, on peut voir le déséquilibre. En effet, le haut de l’abdomen sera refermé/tonique, alors que dans le bas, on peut voir un bombement, ce qu’on appelle en anglais le «mommy pooch». C’est comme si le tonus du bas du ventre n’était pas revenu, mais celui du haut du ventre oui.

 

La solution dans ce cas-ci : apprendre à recruter les muscles profonds et le plancher pelvien pour propulser l’air. C’est une habitude qui est encrée depuis longtemps de rentrer constamment le ventre. Ça demande donc du temps et de la concentration pour défaire cette habitude. Si tu ne fais rien pour changer cette dominance, les risques de fuites urinaires et les inconforts au niveau pelvien sont grandement augmentés.

Bref, ce qui est important de retenir dans tout cela, c’est qu’il est important d’avoir un équilibre. Chacun des muscles ont un rôle à jouer. Ils travaillent en synergie pour essayer de coordonner le tout. C’est ça le gros travail ! Certains muscles seront plus forts que d’autres, mais l’important, c’est l’équilibre et s’assurer que chaque muscle exerce son rôle à lui !


Laurie Lavoie, stagiaire finissante en kinésiologie

Articles connexes